Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

De nos jours, le SI prend logiquement de plus en plus d’importance dans nos Entreprises.

Le négliger lors de la phase préparatoire d’un M&A serait donc très risqué.

 Comme d’habitude, commençons par nous pencher sur la problématique des indicateurs du SI.

En tant que Dirigeant, je n’ai pas nécessairement besoin qu’ils me soient communiqués, si les bonnes décisions sont prises par les hommes de l’art. Néanmoins, il est impératif que ces indicateurs existent.

Il faut notamment un indicateur qui porte sur la stabilité du SI. C’est l’un de ceux qui vont permettre de piloter efficacement la FUSACQ. En effet, si le taux d’incidents augmente et se maintient à un niveau élevé, alors il y a un problème de fond qu’il faut résoudre au plus vite. Il faut donc également déterminer ce qu’est un taux d’incidents acceptable.

 

Un autre point très important : je vais nécessairement devoir procéder à des consolidations (compta, base clients, etc…). Or les codifications (code client par exemple) vont non seulement présenter des collisions, mais également être sans doute de formats hétérogènes. Comment vais-je faire ?

Je dois donc budgéter ces projets qui peuvent présenter un coût non négligeable (plusieurs centaines de k€), en n’oubliant pas que je vais avoir une phase de contrôle qui va immobiliser certains de mes collaborateurs pour la vérification. Et ce budget sera intégré à celui de la M&A, donc j’aurais moins de surprises douloureuses lors de la mise en œuvre.

En ce qui concerne les outils, il en existe un certain nombre en open-source, donc gratuits, qui peuvent vous faciliter la tâche.

 

Mais surtout… Est-ce que votre équipe informatique dispose de compétences de pilotage ? Autrement dit, est-ce qu’il s’agit d’une équipe purement technique, ou est-ce qu’il y a également des chefs de projets fonctionnels ? Si ce n’est pas le cas, alors il vous faut budgéter un chef de projet (pilote fonctionnel).

En effet, aborder les choses sous un angle purement technique (infrastructure, systèmes, bases de données, …), sans tenir compte des besoins fonctionnels réels, conduit directement à l’échec.

 

En outre, et en fonction de la taille de votre DSI (Direction des Systèmes d’Information), il faut également vérifier l’existence de méthodes, la traçabilité des incidents, la qualité des sauvegardes (pour un éventuel retour à l’état initial), etc…

 

N’oubliez pas que, en fonction de la stratégie de M&A retenue, vous aurez peut-être à fusionner deux (ou plus) DSI. Il faudra alors que leurs modes de fonctionnement respectifs soient connus pour pouvoir en choisir un pour la nouvelle entité.

 

Juste une dernière remarque pour conclure. Vous allez procéder à une FUSACQ, mais est-ce la seule, ou envisagez-vous d’en faire d’autres ? La question est importante, car l’on n’architecture pas de la même manière le SI d’une entreprise « statique », c'est-à-dire qui procède à peu de M&A, et le SI d’une entreprise menant de nombreuses FUSACQ.

Cela fait partie de ce que l’on appelle « Gouvernance du SI » (voir la série d'articles sur la Gouvernance), autrement dit l’application de la stratégie d’Entreprise au SI, afin qu’il soit un support et non pas un frein à la croissance…

Voir le site AurAlyas

Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : Le blog des FUSACQ (FUSACQs ou FUSAQ ou M&A), et de la Gouvernance, par L.M.
  • Le blog des FUSACQ (FUSACQs ou FUSAQ ou M&A), et de la Gouvernance, par L.M.
  • : FUSACQ, FUSAQ, FUSACQS, M&A, Organisation d'entreprise, Fusion, Acquisition, Urbanisme des systèmes d'information, TPE, PME, économie, gouvernance, architecture d'entreprise, urbanisme d'entreprise
  • Contact

Recherche