Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 08:51

PARIS (Reuters) - Le marché français des fusions-acquisitions et des introductions en Bourse (IPO) pourrait connaître une nouvelle déconvenue cette année en raison de l'extrême volatilité des marchés financiers qui fragilise une reprise encore modeste.

 

Après un effondrement en 2009, les transactions annoncées impliquant une entreprise française ont en effet été presque doublées à la date du 10 mai 2010 par rapport à la même période de l'an dernier, montrent des données de Thomson Reuters. C'est une nette accélération par rapport aux 6% d'amélioration enregistrés à fin mars.

Mais le retour à la normale auquel voulaient croire les professionnels du secteur semble au moins retardé, à l'instar de ce qu'il s'était passé lors du bref affolement du début de l'année provoqué par les premières inquiétudes concernant la Grèce, dans un marché déjà échaudé par la crainte d'un défaut de Dubaï.

Cette première alerte avait causé entre autres l'annulation des introductions en Bourse de Travelport par le fonds Blackstone ou celle du groupe chimique belge Taminco.

Cette situation d'extrême nervosité est de retour. L'indice de volatilité VIDAX-NEW, qui mesure l'aversion au risque des investisseurs en Europe, a touché vendredi 7 mai un plus haut depuis avril 2009.

En outre, les violentes oscillations de l'euro et les mouvements brutaux sur les marchés de taux rendent l'environnement incertain pour le moment.

Si l'annonce du plan européen de stabilisation a déclenché lundi une euphorie de courte durée, les marchés, de l'avis général, ne sont pas stabilisés.

 "Il y a des risques d'exécution importants qui peuvent se traduire par une volatilité forte du marché à court terme, notamment tant que les opérateurs n'auront pas de visibilité sur les modalités précises de ce plan", note un banquier d'affaires.

 

"IL FAUT AVOIR UN PEU DE CHANCE"

 

Les introductions en Bourse sont souvent les premières victimes collatérales à court terme des marchés si leur date de mise sur le marché coïncide avec une zone de turbulences.

Le choix de la fenêtre de tir est devenu plus que jamais un casse-tête, car les périodes idéales de calme sont devenues rares.

"Il faut avoir un peu de chance", notait récemment un banquier parisien à propos d'une entreprise qui risquait de devoir annuler son introduction en Bourse.

"La question de la volatilité se pose vraiment à court terme car il n'y a pas de raison aujourd'hui de considérer un changement de tendance profond", temporise néanmoins Eric Forest, directeur associé en charge de l'activité IPO à Oddo Corporate Finance et qui vient de prendre la tête de Pro Alternext, une nouvelle association qui vise à structurer les intermédiaires sur le marché des IPO de PME.

"Mais il est clair que cela risque d'entraîner un décalage sur le retour à la normale, il y aura sans doute des reports; mais je ne pense pas que le marché est fermé pour autant", argue-t-il, notant que les publications des entreprises au premier trimestre sont meilleures que prévu, ce qui soutient le marché.

Sur le front des fusions-acquisitions, la reprise tant attendue est donc plutôt pour 2011.

"La volatilité est extrême. Mais je suis convaincu que d'ici la fin de l'année, voire plutôt l'année prochaine, les transactions significatives vont reprendre", indique Laurent Camilli, un associé gérant de DC Advisory Partners, le nouveau nom de la boutique de fusions-acquisitions Close Brothers.

Reste que la dynamique des opérations d'acquisitions reste d'actualité, notamment pour les grandes entreprises françaises qui cherchent des supports de croissance dans les pays émergents.

Toute la question pour les chefs d'entreprise est de convaincre leur conseil d'administration de les suivre et d'acquérir la certitude de ne pas surpayer une acquisition ou de mettre en péril le bilan de leur entreprise.

"Les gens (les P-DG) sont très nerveux et ne veulent pas apparaître comme les dindons de la farce après coup", a déclaré Eric Coutts, qui dirige l'activité de fusions-acquisitions de Citigroup en France.

 

Source (REUTERS)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des FUSACQ (FUSACQs ou FUSAQ ou M&A), et de la Gouvernance, par L.M.
  • Le blog des FUSACQ (FUSACQs ou FUSAQ ou M&A), et de la Gouvernance, par L.M.
  • : FUSACQ, FUSAQ, FUSACQS, M&A, Organisation d'entreprise, Fusion, Acquisition, Urbanisme des systèmes d'information, TPE, PME, économie, gouvernance, architecture d'entreprise, urbanisme d'entreprise
  • Contact

Recherche