Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 17:14

Amélioration petit à petit à l'étranger de l'environnement d'investissement pour les entreprises à capitaux chinois.

Les données statistiques établies par l'Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE) indiquent qu'en 2011, il serait possible que les entreprises du monde entier avaient attribué à la fusion acquisition outre-mer une somme globale qui pourrait dépasser le mille milliards de dollars US et que la Chine était l'année dernière la quatrième des principales sources de provenance de capitaux destinés à la fusion acquisition dans le monde, soit à peu près 7% du montant global des fusions acquisitions réalisées dans le monde entier. Au moment où l'économie mondiale commence à se redresser lentement, certains pays et certaines entreprises considèrent que la fusion acquisition outre-mer constitue pour eux (elles) une occasion unique qui leur permettait de réaliser des profits et qu'il ne fallait en aucun prix laisser échapper.

Les entreprises asiatiques pensent à aller à l'extérieur pour profiter de la chute des prix au plus bas.

Pour ce qui est de la fusion acquisition réalisée par des entreprises chinoises, il circule sans cesse depuis le début de cette année des nouvelles stimulantes et encourageantes : Sany Corporation Limited a réussi à acquérir l'allemand Putzmeister, spécialisé dans la vente, la réparation, la location de matériel de Bâtiment Travaux Publics ; Liugong Machinery Co. Ltd du Guangxi a fusionné le département des affaires de l'ingénierie mécanique de la Société polonaise HSW ; Heavy Machinery Co., Ltd du Shandong a obtenu 75% des actions du Groupe italien Ferretti, le plus grand constructeur mondial de yachts ; State Grid Corporation of China a acquis 25% des actions de la Société portugaise de réseau énergique nationale ……, tandis que le cabinet d'audit, de conseil/consulting et d'expertise comptable Pricewaterhouse a publié en début de cette année un rapport qui montre qu'en 2011, les entreprises chinoises ont réalisé à l'étranger 207 projet de fusion acquisition, soit une augmentation de 10% par rapport à la même période de l'année précédente et d'une importance allant jusqu'à près de 42,9 milliards de dollars US, une croissance de 12% par rapport à 2010.

Les entreprises chinoises contribuent à la création d'emplois à l'intention de la population locale.

La fusion acquisition réalisée par les entreprises chinoises aide non seulement les entreprises locales en voie da faillite à « ressusciter » et à « revivre », mais en plus, elle transmet un sang frais et nouveau permettant aux autorités locales de créer des emplois et de développer l'économie. Depuis qu'en 2010 la Société chinoise Geely Automobile Holdings Ltd ait acquis la suédoise Volvo, malgré le déclin de l'économie en Europe, l'usine installée à Gand, en Belgique, n'a non seulement pas licencié un seul ouvrier, mais au contraire a offert de nombreux aux habitants locaux et sa production vente, atteignant 270.000 unités, s'est accrue de 25% par rapport à la même période de l'année précédente, ce qui a battu tous les records depuis sa création il y a 45 années. Zhang Haiyan, Directeur du Centre Europe - - Chine de l'Institut de gestion d'Anvers de Belgique, a fait part à notre correspondant que juste au moment où l'usine rencontrent de grandes difficultés qui la mettent au bord de la faillite et que plusieurs milliers de travailleurs étaient sous la menace du licenciement et du chômage, l'aide de Geely a sauvé l'usine Volvo et l'opinion publique locale a eu une réaction très positive, ce qui a suffit pour que certains européens changent leurs idées sur les entreprises chinoises.

L'Europe adopte une attitude ouverte à l'égard des entreprises à capitaux chinois.

Les statistiques établies montrent que depuis l'année 2008, l'Europe était devenue la région du monde qui a absorbé le plus rapidement les investissements directs extérieurs de la Chine. En 2010, ce genre d'investissements chinois en Europe a plus que doublé par rapport à 2009, soit près de 10% du volume global des investissements directs chinois à l'étranger de toute l'année.

Zhang Haiyan a poursuivi en disant que les pays de l'UE adoptent une attitude plutôt ouverte et positive à l'égard des entreprises chinoises qui souhaitent s'installer en Europe. Le commissaire européen en charge du commerce Karel de Gucht a déclaré l'année dernière qu'il envisage de mettre sur pied un organisme qui ressemble au Comité américain pour l'examen des investissements étrangers et qui aura pour tâche de faire face à la fusion acquisition des entreprises chinoises et russes. Toutefois son idée n'a été pas tellement bien accueillie par la plupart des pays membres de l'UE.

Un responsable des « Amis de l'Europe », un think tank indépendant, à but non lucratif, vient de publier le 10 courant un article commentaire sur les relations Europe – Chine, dans lequel il est indiqué que les inquiétudes de l'Europe envers les entreprises chinoises sont en voie de diminution et que les Européens sensés et raisonnables que celles-ci ne pensent aucunement à « acheter l'Europe » et que tout comme les autres entreprises étrangères qui songent à l'acquisition en Europe, elles aspirent seulement aux investissements revêtant une valeur commerciale et d'une haute capacité de rendement.

Les Etats-Unis adoptent toujours une position conservatrice et exigeante.

Comparaison faite avec la position européenne, il semble que certains autres pays, dont principalement les Etats-Unis, font preuve plutôt d'une attitude conservatrice, voire même exigeante à l'excessive, è l'égard des entreprises chinoises qui souhaitent accéder à leurs marchés.

Wang Gangiao, d'un cabinet d'avocats de Boston, a indiqué que malgré que les investissements directs des entreprises chinoises se sont accrus dans de fortes proportions ces dernières années aux Etats-Unis et que des brain-trusts ainsi que des politiciens américains ,avisés et avertis n'ont cessé d'exprimer leur souhait de bienvenue aux investissements en provenance de la Chine, toutefois, vu de l'ensemble et de façon générale, que ce soit sur le plan de la politique gouvernementale ou que ce soit sur le plan de l'opinion publique, il n'y a pratiquement aucune amélioration en ce qui concerne la venue dans leur pays d'entreprises chinoises qui désirent y réaliser la fusion acquisition.

Commentaire :

Zhang Jianping, Directeur du département de la Coopération internationale de l'Institut d'études des relations économiques avec l'extérieur de la Commission d'Etat pour le Développement et la Réforme, a fait remarquer que comparaison faite avec les pays de l'Europe et de l'Amérique du Nord, il semble que de nouvelles et d'importantes opportunités sont en train de s'ouvrir à l'investissement et à la fusion acquisition des entreprises chinoises à l'étranger. Il a précisé que de façon générale, les pays développés concentrent leurs efforts de l'investissement et de la fusion acquisition sur les industries de produits moyens et hauts de gamme, ce qui nécessite un coût de ressources humaines relativement élevé et un fonctionnement plutôt difficile de capitaux d'une ampleur relativement grand. La crise de la dette en Europe a produit sur le degré d'abondance en capitaux et la mobilité du capital des pays développés un grand effet de contrainte et de restriction. Quant à la Chine, elle dispose actuellement non seulement d'amples ressources en capitaux, mais en plus a des avantages en matière de coût de la main-d'œuvre, de coût de la fabrication ainsi que de l'envergure et de la concentration industrielles, ce qui fait que le fonctionnement du capital d'un espace et d'un degré de liberté relativement élevés..

Vu de la situation du développement depuis l'éclatement de la crise de la dette en Europe, la les entreprises chinoises ne sont pas demeurées en arrière quant à leur fusion acquisition à l'étranger, au contraire, elles agissent activement et positivement tout en tirant leçon de la crise financière internationale.

La Chine dispose d'avantages quant à la fabrication, alors que l'Europe dispose quant à elle d'avantages en matière de technologie, de marque et de réseau d'écoulement, ce qui est pour les entreprises chinoises de marques autonomes et indépendantes un raccourci qui leur permet de saisir l'opportunité de la mondialisation pour devenir des entreprises transnationales de niveau mondial.

Ce qui mérite d'être noté c'est que les entreprises privées et non publiques chinoises jouent un rôle de plus en plus grand et de plus en plus important dans la fusion acquisition outre-mer. C'est pourquoi à l'avenir, il sera important pour la Chine, quant à l'investissement à l'étranger, d'accorder encore plus d'importance au rôle grandissant joué par ces entreprises-là.

 

Source (Le Quotidien du Peuple en ligne)

Partager cet article

Repost 0
L. Martinez - dans News
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog des FUSACQ (FUSACQs ou FUSAQ ou M&A), et de la Gouvernance, par L.M.
  • Le blog des FUSACQ (FUSACQs ou FUSAQ ou M&A), et de la Gouvernance, par L.M.
  • : FUSACQ, FUSAQ, FUSACQS, M&A, Organisation d'entreprise, Fusion, Acquisition, Urbanisme des systèmes d'information, TPE, PME, économie, gouvernance, architecture d'entreprise, urbanisme d'entreprise
  • Contact

Recherche